Star Wars - Force and Destiny

Saison 1, Finale, Épisode 1

Deux ugnaughts

Le groupe s’installe pour 70 heures de transport vers KOBARI – 3. Basiran tente de trouver une solution plus permanente pour les yeux de Sato; il s’occupe de ses blessures. Il fait une longue opération et parvient à lui redonner la vue; il travaille ensuite plusieurs heures supplémentaires et réussit également à s’occuper de son bras qui avait été écrasé à Koler.

Sato consulte ensuite Maître Isa pour apprendre à construire le pommeau d’un lightsaber. Ladis tente de réparer son force pike avec l’aide de Vegath, mais n’y arrive pas.


Après 70 longues heures, le groupe arrive enfin à KOBARI – 3. Ladis: « Suffit que ce Sullustan n’aie rien détruit »

Lorsqu’ils entrent dans la station, Centurion est en train d’écouter une transmission. Le groupe écoute la voix entrecoupée de statique: « Mon Cala… Repoussé la flotte de Kyowynn… Plus aucun croiseur en vue… Chantiers opérationnels… »

La transmission se termine et Centurion leur explique que des rumeurs de sources crédibles répètent sur plusieurs canaux clandestins que Mon Calamari est la première planète à avoir complètement chassé les impériaux. Elle commente que c’est une nouvelle importante: les Calamari ont probablement une des flottes les plus impressionnantes de la galaxie et les rumeurs disent qu’ils ont secrètement armé, depuis quelques années, leurs croiseurs civils pour former une flotte militaire.

Vegath demande si elle a des nouvelles de Saam.

Elle prend un moment pour s’assoir, puis explique: « J’ai des bonnes pis une mauvaise nouvelle. Les bonnes, c’est que d’après mes sources, les forces de la « Trinité » sont massées à Teth, pas loin d’ici. Pis qu’ils font des prisonniers dans toute le Secteur Hutt, des prisonniers qui seraient amenés pas sur la planète, mais à bord d’un vaisseau qui s’appelle « Le cauchemar du mineur »… Mais ça en même temps c’est la mauvaise nouvelle: « Le cauchemar du mineur », c’est un navire de type Kiltirin, un vieux navire Mandalorien, un « Donjon », un vaisseau pour retenir les prisonniers de façon, disons, de façon vraiment pas confortable. J’ai ben peur que Depolian pis Saam soient torturés. Mon guess c’est qu’ils sont avec les autres prisonniers là-dessus. Et là j’en envie de vous demander d’aller les chercher pis en même temps je peux pas vous demander ça… »

Basiran croit qu’il faut d’abord trouver Venzati, qu’ils ont besoin de lui. Ladis et Sato croient que non, que trouver Jeno et Saam est la priorité, surtout qu’ils sont tout près. Centurion est d’accord avec eux; elle argue que Venzati sera difficile à trouver si il s’est dirigé vers le centre de la galaxie. Basiran souligne un potentiel conflit au sein de la Trinité; il croit que ramener Venzati permettra de remettre son ancien bras droit sur le droit chemin. Ladis croit que le remplaçant de Venzati ne se laissera pas déloger si facilement.

Pendant qu’ils discutent, Maurocio le sullustan vient leur porter de la nourriture. Il porte un chapeau de chef et semble être devenu le serviteur de Centurion!

Sato demande à Centurion si elle a des nouvelles de Beress.

Elle lui répond: « Ouais, j’ai fait kek recherches pis j’me suis gardé les oreilles bien ouvertes. D’abord, vous d’vez savoir que du côté de Beress, après votre visite, y’a eu ben du mouvement. D’après moi les sermens ont vidé le sous-terrain de tout ce qui les intéressait pis ils sont partis. J’ai pu observer des mouvements de transports la journée après que vous soyez partis, pis après pu rien. »

Elle demande ensuite comment ça s’est passé de leur côté sur leur planète. « Vous avez avancé dans votre cheminement? »

Tous répondent « Oui ». Vegath lui montre le vidéo qu’il a filmé en explorant le Temple du Lézard. Sato montre le cristal mat, ils parlent des sermens qui ont attaqué et de Darraru. Centurion semble impressionnée par l’histoire et par la découverte de cet autre individu sensible à la Force: « Pourquoi vous ne l’avez pas ramené? ». Ils expliquent que celui-ci trouvait plus utile de rester avec son groupe sur la planète et de suivre ce qui se passerait au temple.

Ladis veut passer aux choses sérieuses et demande comment ils pourront border le « donjon ». Elle mentionne avec un peu de honte qu’elle y a pensé pendant leur absence…

Basiran demande d’abord si c’est certain que Jeno et Saam sont à bord, Sato croit que oui. Ils se demandent combien de temps ils ont, elle devient les yeux plein d’eau et dit qu’à chaque seconde il devient peut-être trop tard.

Ladis fait un speech au groupe; il veut que chacun fasse son maximum pour ne plus perdre les yeux ou un bras. Basiran croit que c’est inévitable, qu’ils se lancent dans quelque chose qui est beaucoup trop gros pour eux. Sato: « Il faut le faire, c’est notre Destinée. Maître Isa a regretté de ne pas avoir combattu. La tortue m’a aussi demandé de lutter contre l’Empire. Il faut lutter contre les injustices, être braves. »

Basiran: « On est dût pour prendre part, mais comme dit Ladis, on est pas prêts à 100% Mais quand on revient il faut prendre le transport et trouver Venzati. Vegath: « Éventuellement on devra savoir ce qu’il est devenu, pourquoi il a laissé son général en charge. » Ladis: « Il faut d’abord se concentrer sur Saam. Et Sato, tu dois mieux te protéger, les robes sont pas suffisantes. »

Basiran demande un stimpack à Centurion, elle demande à Maurocio, qui vient en porter.

Centurion explique son plan pour Nar Shaada: un docteur de Nar Shaada, qu’elle avait contacté pour traiter les blessures de Sato, lui en doit une et a un contact qui pourrait les aider à obtenir les identités et les autorisations pour border le « Cauchemar ». Ladis repense à ce type de vaisseau, se rappelle des histoires d’horreur de feu de camp de Saam, qui a déjà mentionné les immenses « donjons » volants de l’Empire…

Le groupe discute un peu comment réussir à infiltrer un tel vaisseau. Ils se demandent qui pourra leur donner des plans, qui semblerait-il sont différents pour chaque vaisseau de type Kiltirin. Centurion dit que toute information peut se trouver sur Nar Shaada, mais qu’il faut être prudents.

Le groupe décide donc d’aller rencontrer le contact de Centurion sur Nar Shaada. Elle semble se sentir très coupable de les laisser partir pour une mission aussi dangereuse; elle a toujours les yeux plein d’eau. Elle amène à Sato des pièces qu’il avait demandé pour construire son pommeau puis le groupe monte dans Destinée.

Basiran assisté de Sato calcule la route. Sato prend les contrôles et le groupe quitte la station pour 38 heures en hyperespace.

Pendant le voyage Ladis s’occupe des blessures de Basiran. Le groupe compte également ses crédits. Tous ensemble, ils en possèdent 1700.


38 heures plus tard, Destinée sort d’hyperespace près de la lune Nar Shaada, une lune complètement urbanisée et ultra-achalandée par nombre de contrebandiers, de pirates et d’autres criminels. Le transport est admis sans problème sur le lune et le groupe doit attendre environ 2 heures dans l’immense traffic pour accéder à la surface. Ils se rendent en direction du port 124, le port le plus près du chirurgien.

Le transport descend dans les profondeurs urbaines de la lune; les bâtiments sont tellement élevés que leurs étages inférieurs sont plongés dans l’obscurité totale, de jour comme de nuit. Le port 124 est assez profond pour ne recevoir aucune lumière du soleil du système de Nal Hutta.

Destinée s’amarre sans problème au port 124, un port très louche et sombre. Le groupe descend du vaisseau. Vegath négocie à 81 crédits l’amarrage. Il négocie aussi la protection du transport, le droïde de service un peu rouillé et désorganisé accepte.

Le groupe se dirige vers le train qui les mènera à la clinique de leur contact. La lumière est vacillante, les déchets traînent sur le sol, les individus autour d’eux semblent dangereux.

Ils entrent dans le train. Leur wagon n’a pas de lumière et le plancher est mouillé. Une énorme créature serpentesque est installée sur un banc près de la porte. Basiran n’aime pas trop la place, Vegath le rassure.

20 minutes plus tard, le groupe arrive à l’arrêt pour accéder à la clinique. Cependant, c’est une passerelle suspendue qui semble artisanale qui relie la station aux quartiers auxquels ils veulent accéder!

Le groupe doit conserver une balance délicate sur la passerelle pour se rendre à la clinique. Sato aide Vegath à se déplacer. Basiran perd pied. Sato et Vegath l’attrapent au bon moment, alors qu’il est sur le point de tomber dans le vide! À ce moment, une espèce de créature à six petits bras passe en dessous de la passerelle en riant!

Le groupe arrive finalement à la petite clinique du contact de Centurion, un certain Besalisk nommé Zrenedad Fiod. Sa clinique est minuscule et sombre; lorsque le groupe entre dans la petite salle d’accueil, le large Besalisk est présent et les reconnaît immédiatement.

« Oh, vous êtes les amis de Centurion. Bienvenue. J’ai préparé quelque chose pour vous, suivez-moi à l’arrière. DZ-4403, occupes-toi des patients. » Le Besalisk semble sympathique et son droïde s’occupe de l’accueil pendant que le groupe suit Fiod. 

Il les amène derrières, dans une petite salle d’opération à la lumière vacillante. Des membres cybernétiques de toutes sortes et de toutes tailles sont accrochés sur les murs. Des vieilles images de promo vintage desdits membres sont affichées sur les murs. Fiod les dirige vers une petite salle d’attente sombre.

« Centurion m’a aussi dit que vous vouliez voir Ssefer. Je peux l’inviter ici; on est à l’abri des regards, c’est une bonne place pour lui parler. »

Le groupe, qui ne fait pas confiance à Fiod immédiatement, lui demande comment il a rencontré Centurion. Il raconte que celle-ci visitait sa clinique avec des amis lorsqu’elle était jeune.

Basiran demande au chirurgien quelques stimpacks. Fiod accepte de lui vendre de ses stimpacks de « classe médicale » (Basiran devine qu’ils ne valent pas plus cher que des stimpacks vendus sur le marché libre en sondant l’esprit de Fiod). Sato examine la petite pièce pour de la sécurité, ne voit rien mais voit des pièces qu’il pourrait utiliser pour son pommeau; il ramasse des morceaux des chaises vintage.

Fiod va chercher des catalogues, allume la télé pour le groupe pendant qu’il attend que « Ssefer », l’homme qui pourra les aider à border le « Cauchemar », vienne les rejoindre. L’émission de télé présente une histoire de romance entre un Aqualish et un Weequay. Fiod laisse le groupe un instant et va appeler Ssefer.

Le groupe regarde les catalogues en cherchant de l’équipement pouvant être utile pour leur dangereuse quête. Vegath trouve tout ce qu’ils cherchent.

Quelques minutes plus tard, Fiod revient avec un humain qui semble en avoir vu d’autre; il est malpropre et marche comme si il avait été blessé. Il s’adresse au groupe: « Vous êtes ceux que Centurion veut faire monter à bord d’un navire de classe Kiltirin? Elle doit être un peu débile. Vos parents sont où? »

Le groupe le regarde, perplexe.

« Bon, bon, ma job c’est pas de décider qui monte à bord d’un Donjon spatial ou pas. »

« J’ai des identités pis un code de transpondeur pour vous. Honnêtement, les forces impériales qui viennent d’arriver à Teth collaborent avec d’autres groupes, ça rend l’infiltration plus facile. Normalement avec vos faces vous entreriez jamais sur un vaisseau impérial, mais là, y’a toutes sortes de monde qui sont in and out à Teth, j’ai jamais vu ça. »

« Pour avoir accès au Donjon, va falloir vous faire passer pour des agents de la Trinité qui viennent porter des prisonniers. Ça tombe ben, j’ai des associés qu’y’ont capturé récemment des Aqualish qui transféraient des prisonniers d’ici à Teth. Y’ont deux ugnaughts en leur possession, pis j’pense que c’est ben correct si c’est vous qui allez les livrer. Ça tombe ben, j’ai des codes qui sont probablement encore à jour; si vous faites ben ça, y’a des chances que le « Cauchemar » vous laisse vous amarrer. »

« Vous allez vous faire passer pour des agents d’une petite firme de sécurité qui s’appelle « TERMINUS ». Les Aqualish travaillaient pour eux. Vous avez ramassé deux prisonniers sur Nar Shaada, c’était deux ugnaughts qui travaillent pour le Conglomérat de QSD-12 et qui cherchaient de l’info sur la Trinité dans une cantine qui s’appelle « Jieken Verra ». Je ne sais pas si ils vont vous admettre à bord pour le transfert des prisonniers, mais y vont certainement vous laisser vous amarrer. Si ils vous laissent entrer, attendez-vous à ce qu’ils ne vous laissent pas entrer armés, gros bon sens. Livrez les ugnaughts et profitez de votre accès au Donjon pour sortir vos amis… En passant, ça va être hyper dangereux, je ne m’attends pas à vous revoir. »

« Oh, et peu importe la façon dont vous réussissez à vous sauver, vous risquez fortement de vous faire tirer dessus. La flotte à Teth elle niaise pas. Je vous conseille de faire un micro-bond et de faire vos calculs après. Vous allez avoir au moins un Star Destroyer su’ l’dos. »

« Oh, et votre transport s’appelle maintenant « Ando XI » »

« Là Centurion me doit plus rien. Si vous survivez pis que vous avez besoin encore un jour, vous savez où me trouvez. La prochaine fois chu payé en crédits par contre. »

Basiran n’en revient pas que Ssefer leur propose de leur livrer des ugnaughts vivants en cage et qu’ils doivent les transporter dans un train public pour se rendre au port. Ssefer lui répond: « T’inquiètes, tu risques de pas te faire écoeurer avec des ugnaughts dans des cages dans le train! ». Le groupe est complètement surpris par la nonchalance avec laquelle l’homme leur demande de se servir d’êtres vivants pour arriver à leurs fins.

Ssefer dit qu’ils devront attendre un moment avant que les prisonniers leur soient livrés. Entre temps Vegath et Sato vont magasiner pour du matériel. Quelques heures plus tard, tous reviennent à la clinique.

Ils y trouvent deux cages aux vitres teintées. Fiod leur donne le code pour ouvrir les cages, Basiran ressent les créatures vivantes à l’intérieur; il ressent que celles-ci sont terrorisés et se demandent où elles sont.

Ladis et Basiran prennent chacun une cage et sortent sur la passerelle. La passerelle est toujours aussi instable et Ladis laisse sa caisse à Sato. Sato transporte les deux avec succès jusqu’à la station de train.

Ladis le suit, chambranle pendant un moment et tombe, élance son bras et Sato, qui s’était approché pour aider, l’attrape!

Le groupe attend le train avec ses deux grosses boîtes vitrées opaques. Ils entrent dans le train, s’installent et son nerveux. Ils parviennent cependant à ne pas attirer l’attention! Ils retournent au transport. Sato fait le tour de Destinée pour détecter si quelqu’un a fait quelque chose au transport; tout semble en règle.

Sato entre dans le transport et décolle rapidement. Le groupe ne veut pas s’éterniser avec leur cargo.

Sato quitte l’orbite de Nar Shaada et arrête le transport dans l’espace, question de permettre au groupe de décider quelles seront les prochaines étapes.


Le débat bat son plein. Ladis croit qu’ils devraient parler aux ugnaughts. « Il faut leur parler et tenter de les convaincre de nous aider. » Il refuse de les utiliser comme monnaie d’échange et de les laisser dans le Donjon.

Vegath voit difficilement comment se passer de cet alibi: « C’est notre façon d’entrer à bord. Il faut trouver une autre façon sinon! »

Sato: « Questionnons-les d’abord. »

Ladis: « Il faut espérer qu’ils désirent nous aider. »

Vegath: « On leur offre quoi? »

Ladis: « On vient de les sauver! »

Vegath: « La mission est déjà limite impossible, doit-on réduire nos chances de sauver Saam? »

Ladis: « Saam ne voudrait pas qu’on les utilise! »

Vegath, qui ne voit pas Saam comme Ladis: « Il les utiliserait pour nous sauver, nous! »

Sato: « Ils n’ont clairement pas mérité leur sort. »

Basiran laisse les autres débattre et prépare le départ en hyperespace. Il croit que le voyage vers Teth durera 68 heures.

Vegath: « Sans prisonniers on entre comment à bord? C’est déjà une mission suicide. »

Ladis: « Veux-tu vraiment laisser ces ugnaughts dans une cage pendant 3 jours? »

Sato, qui tente de trouver une autre alternative que de livrer les ugnaughts: « On sauve tout le monde, on fait une émeute. »

Basiran, soulagé d’entendre enfin une alternative: « Premier plan! »

Vegath est moins optimiste: « C’est une prison spatiale, on ne pourra pas les libérer pour faire une émeute… »

Ladis, qui ne peut pas croire que la solution est de laisser les ugnaughts en cage: « Ils vont peut-être accepter de nous aider! »

Vegath n’est clairement pas à la recherche d’un compromis: « Ils ne connaitront rien! Je ne les questionne pas, c’est sûr, je suis contre le plan! »

Ladis: « Nous sommes ici tous ensemble pour sauver Saam, pas pour livrer des pauvres victimes! »

Vegath: « Je ne veux juste pas partir avec la prémisse qu’on va les sauver. Notre priorité est Saam »

Basiran: « Il va peut-être falloir les convaincre de retourner dans la cage, ok. Mais il faut connaître leur motivation. Arrête d’être un lâche Vegath! On va pouvoir les convaincre à collaborer! Mais on ne va pas les livrer. »

La tension devient insoutenable. Tous savent que Vegath est la meilleure personne pour parler aux ugnaughts et les convaincre de les aider mais puisqu’il trouve trop risqué de tenter cette voie, il se campe dans sa position et garde le silence. Tous attendent qu’il change d’idée mais il quitte plutôt pour ses quartiers.

Ladis à Sato: « Tu devrais aller y parler. » Sato: « Pas tout de suite. »

Sato: « On a quand même les mains liées, les ugnaughts c’est notre seule porte d’entrée dans la prison. »

Ladis: « C’est lâche de ne pas vouloir prendre le risque d’au moins leur parler! »

Sato: « Si ils refusent, on fait quoi? »

Ladis: « On les laisse libre et on trouve autre chose. »

Sato: « Mais on a pas de plan. »

Basiran: « Faut le voir comme ça: on est pas cinq, on est sept. C’est pas mal de les forcer à nous aider. On reste purs si ils nous aident, sinon on prendra une décision. Faut les convaincre de nous aider. »

Sato: « Plus que ça; il faut les amener à croire en notre cause. »

Basiran: « Notre définition du bien et du mal se sépare. Il faut convaincre Vegath que notre plan est meilleur. »

Ladis: « Vegath a-t-il l’holocron avec lui? Peut-être qu’il discute avec l’holocron en ce moment. »

Sato: « On peut leur parler sans Vegath, mais il faut attendre qu’ils se calment. Amenons la caisse d’un des ugnaughts dans une pièce pour qu’il pense qu’il est seul. »

Ladis: « Je vais donner de l’eau et de la nourriture à l’autre. »

Basiran et Sato démarrent les moteurs de Destinée et le transport part en hyperespace pour Teth. Vegath, couché dans ses quartiers, ressent le départ du vaisseau.

Basiran: « Question cruelle: ça vaux-tu la peine… De sauver Saam? »

Sato: « Hé, c’est toi qui parlait de courage!! »

Ladis: « Si on parle aux ugnaughts et que c’est impossible de trouver un plan, on verra… »

Ladis ouvre la petite ouverture sur le dessus d’une des cages et laisse entrer de la nourriture. Une voix se fait entendre: « QUI ÊTES-VOUS?? QUI ÊTES-VOUS? »

Ladis ouvre, puis explique calmement à l’ugnaught ce que le groupe compte faire, c’est-à-dire obtenir leur aider pour aller sauver leur ami dans un donjon impérial! L’ugnaught entre en panique: « RAMENEZ-MOI SUR QSD-12!!! » Ladis lui demande son nom: « IKOZ! »

Ikoz n’en revient pas: « VOUS VOULEZ ME TUER? OÙ EST-CE QUE VOUS M’AMENEZ? »

Ladis: « Teth. » (Il tente d’être rassurant)

IKOZ parle de la façon dont il a été capturé; il devait acheter des pièces sur Nar Shaada pour le conglomérat commercial de QSD-12 et écouter les rumeurs sur la Trinité, mais il a posé des questions et attiré l’attention de TERMINUS.

Basiran: « As-tu commis un crime? » L’ugnaught répond par la négative et Basiran sent qu’il dit la vérité… La panique l’envahit toujours: « QUEL EST MON LIENDEDANS??? »

Ladis: « Vous êtes arrivé par hasard sur notre transport! »

IKOZ: « PAR HASARD? COMMENT EST-CE POSSIBLE? »

Ladis perd la confiance du petit homme, remarque qu’il cherche son ami.

Basiran va chercher l’autre puis ouvre la cage.

Le premier va chercher l’autre. Ils lui donnent de l’eau et de la nourriture.

IKOZ: « ORZIK, tu as survécu! »

IKOZ demande de les ramener à QSD-12, dit qu’ils ont un employeur très puissant.

Sato va voir Vegath: « On a besoin de toi Vegath. On les a nourri, on tente d’avoir leur coopération. Il faut essayer d’avoir leur coopération. »

Vegath, à bout: « Pour leur faire faire quoi? »

Ladis parle aux ugnaughts: « Prenez votre temps pour manger et boire. »

Vegath et Sato s’obstinent, Vegath ne veut plus se faire traiter de lâche.

Vegath: « Que Basiran vienne s’excuser. »

Sato: « C’est ta condition? »

Sato retourne voir Basiran: « T’as peut-être dépassé les bornes tantôt avec Vegath, on a besoin de sa collaboration. Penses-tu pouvoir lui présenter tes excuses? »

Basiran: « C’est ce qu’il faut? Ouais… »

Sato: « Il faut que tu les croies… »

Basiran retourne voir Vegath.

Basiran à Vegath: « Premièrement, très sincèrement, je suis allé trop loin… Je ne vois pas de porte de sortie. Je veux aider Saam. Les enfantillages viennent de moi. »

Vegath: « On s’en rajoute sur le dos… C’est déjà hyper compliqué de sauver Saam. »

Basiran: « Tu veux quoi pour le futur? »

Vegath: « Que l’Empire tombe. Que ça soit vivable dans la République. »

Basiran: « On a besoin de toi pour bâtir un plan à sept et les convaincre que c’est un bon plan. »

Vegath: « Je peux y aller mais je risque de vous nuire, parce que je ne suis pas convaincu. »

Basiran: « T’as 72 heures pour être convaincu. Remettre les deux cochons dans leurs boîtes, c’est pas une option. Je donnerais ma vie pour toi, mais là les sept on va à l’abattoir. Je veux que tu sois en mesure de les convaincre de les entrer dans leur boîte. »

Vegath: « Maintenant qu’ils sont sortis? Les convaincre qu’on pourra les sauver? C’est ce que tu veux? »

Basiran: « Oui. »

Vegath: « Allons-y avant que je change d’idée. »

Vegath revient dans la salle commune, voit les ugnaughts en train de manger.

Il les approche et tente d’expliquer le plan: ils doivent retourner dans leur cage pour se faire passer pour des prisonniers du groupe afin qu’ils puissent entrer dans le Donjon. « Si on échoue, vous allez être capturés de toute façon car nous n’iront pas ailleurs, c’est certain… »

Ils insistent pour ne pas être coincés dans les cages. Ladis demande ce qu’ils peuvent faire dans ce cas pour les aider. Ils disent pouvoir utiliser des outils dangereux! Basiran: « Si on laissait les outils dangereux dans la cage? » IKOZ: « ON POURRAIT SE BATTRE! » Silence, Ladis réalise ce qu’il vient de dire. Les ugnaughts réalisent aussi le ridicule de ce plan. Ils n’ont clairement pas confiance ils ne veulent pas participer.

Vegath tente une dernières fois de les convaincre mais les ugnaughts ne décideront clairement pas de retourner dans la cage de leur propre gré et ne souhaitent pas collaborer au plan.

Cependant, juste avant que le groupe perde tout espoir, IKOZ prend la parole: « J’ai quand même peut-être une idée de choses que vous pourriez faire… »

Comments

Broc27

I'm sorry, but we no longer support this web browser. Please upgrade your browser or install Chrome or Firefox to enjoy the full functionality of this site.