Star Wars - Force and Destiny

Saison 1, Acte 3, Épisode 2

Un petit saut aux archives

Le groupe se dirige vers l’étudiant qui se fait tabasser; les agents de sécurité l’ont amené entre deux bâtiments. Ladis leur demande ce que le pauvre a fait. Un garde s’approche, les menace de les arrêter pendant que l’autre arrête pendant en instant de tapper sur l’homme. Sato et Basiran reculent, mais pas Mesi et Ladis. Vegath tente de parler aux quelques autres étudiants qui se sont approchés pour voir la scène mais ils s’éloignent de lui, craintifs.

Ladis s’approche de l’Agent qui les menaçait et l’interpelle: « Qu’est-ce qu’il a fait, dites-nous le, plutôt que de le tabasser dans une ruelle! » L’agent répond défensivement: « C’est une histoire de famille, il a envoyé mon frère en prison!! » Mesi sort son datapad et filme la scène. Vegath s’approche un peu et Sato reste figé. Basiran tente de convaincre Vegath de ne pas s’avancer, mais le suit. L’agent près de Ladis se sent menacé par le groupe et frappe Ladis sur l’épaule avec sa matraque, mais pas assez vigoureusement pour le blesser. L’autre agent s’approche, laissant tomber l’étudiant puis frappe Ladis sur la tête, l’étourdissant solidement!

Sato contourne les autres, se rend à l’étudiant puis lui demande de le suivre, lui dit qu’il va le protéger! Il l’aide à se lever, celui-ci le remercie et lui tend la main. Les curieux se dispersent en voyant que le conflit s’étend au groupe. Sato amène l’étudiant un peu plus loin et celui-ci se présente: il s’appelle Psyrel et explique qu’il a dénoncé le frère de l’agent de sécurité, qui faisait de la contrebande. Sato le laisse partir et il lui dit où le groupe pourra le trouver, dans un bureau pas loin.

Basiran se place devant Ladis. Ladis tente d’intimider les deux agents qui viennent de s’en prendre à lui. Deux des curieux se rapprochent et crient aux gardes de disposer, qu’il-y-a des témoins!. Vegath en rajoute et leur demande aussi de laisser tomber! L’agent répète que Psyrel a condamné son frère mais accepte de reculer, non sans mentionner qu’ils vont se souvenir du groupe! Les deux agents quittent les lieux.

Basiran se remet de ses émotions: « Je croyais que le but était qu’on se souvienne pas de nous… » Deux étudiants s’approchent de Vegath et Ladis et leur donnent des petites tapes d’encouragement pour leur intervention. Vegath leur demande pour qui travaillent ces agents, les étudiants répondent qu’ils travaillent pour l’Université et répondent au Proctor. Vegath s’étonne: « L’Université laisse faire ça?? » Les étudiants semblent amusés par sa naïveté et quittent la scène…


Le groupe discute pendant un moment de la prochaine étape; ils décident d’aller voir immédiatement leur contact, Sungazer, aux archives. Sato se demande si il ne serait pas sage d’attendre un peu, d’aller voir Psyrel. Ladis ne voit pas de danger, ne croit pas que cet incident sera rapporté par les gardes, considérant qu’ils étaient dans le tort.

Ils se dirigent donc vers les archives et marchent une vingtaine de minutes pour se rendre à l’immense tour. Les gardes qui patrouillent le campus ne semblent pas leur accorder grande attention.

Lorsqu’ils arrivent aux portes de la tour de 100 étages, deux gardes blasés leur posent quelques questions:

Transportez-vous de la contrebande ou du matériel à usage restreint?
Êtes-vous armés et si oui, possédez-vous des permis pour vos armes?
Est-ce que vos études nécessitent du matériel restreint?

Ils répondent non à toutes les questions et les gardes les laissent passer sans problème (ils doivent passer dans un détecteur de métal). À leur entrée dans l’accueil du bâtiment, un grand humain vient les rencontrer immédiatement:

« Bienvenue aux archives de notre université! Je m’appelle Eren Garai, je suis le responsable de la discipline, le Proctor. Je vois que c’est votre première visite. Avant de vous laisser explorer les archives, nous aimerions vous présenter un tutoriel d’orientation: je sais que ça sonne ennuyant, mais nous voulons nous assurer que nos visiteurs respectent le protocole. »

Le groupe accepte et est amené dans une petite salle semi-circulaire tout près. Garai leur montre une holo-projection d’une demie-heure. Une voix féminine au ton drabe leur explique les nombreuses règles à suivre afin de pouvoir faire de la recherche dans les archives:

« L’Université de Phelar est un centre majeur de recherche dans le secteur et les archives représentent le coeur de notre travail. Certains de nos artéfacts datent de dizaines de milliers d’années, et nous avons instauré une procédure afin de protéger, de préserver et de bien comprendre ces ressources. »

Pendant la présentation, Garai consulte son datapad et quitte la pièce à quelques reprises. À la fin de celle-ci, il leur demande quel est leur champ de recherche et d’expertise.

Basiran répond que son champ est la biologie. Il montre ses stimpacks artisanaux. Garai jase biologie un peu et Basiran a l’air de ne rien comprendre. « Moi c’est comment utiliser la nature pour fabriquer les stimpacks ». Il se retourne et pose la même question à Sato, Sato répond qu’il est ici pour poursuivre ses études, n’a pas trouvé son sujet, il regarde ce qui se fait… Il patine assez solide. Garai semble les suspecte, perd patience et assigne deux gardes au groupe. « Beaucoup d’amateurs tentent de venir ici, on doit faire attention… »

Vegath dit à Garai qu’il est mal tombé en parlant à ces deux-là, qu’ils sont bien intentionnés… Qu’y’a pas de quoi s’en faire, que leurs champs de recherche sont poussés! Mesi lui chuchote qu’ils sont experts des systèmes communicationnels et extra sectoriels, ce que Vegath répète. Vegath et Mesi parviennent à convaincre Garai que c’est le cas, mais son idée pour l’escorte semble être faite. L’un des gardes cependant ne mord pas et rit en regardant Vegath… Puis Garai leur fait signe de circuler, n’ayant clairement pas envie de débattre avec le groupe.

Basiran dit aux gardes que le groupe devra se séparer pour faire des recherches à plusieurs endroits en même temps, les gardes refusent catégoriquement. « J’ai toute la journée, VOUS RESTEZ ENSEMBLE ». Ils s’y résignent, du moins temporairement, et entrent dans la grande salle du rez-de-chaussée.

Ashur Sungazer les y attendait et s’approche d’eux. Ladis dit tout fort que les gardes vont les suivre partout et s’adresse à Sungzer: « AVEZ-VOUS UN BON ENDROIT À NOUS RECOMMANDER POUR MANGER SUR LE CAMPUS? » Sungazer semble comprendre que ce n’est pas le moment de s’introduire puis se détourne. Le garde vient pour répondre à la question de Ladis, mais Basiran demande directement à Sungazer: « vous votre endroit préféré pour aller manger après le travail? »

Sungazer fige un peu et nomme le café de la faculté de la pré-république avant de s’éloigner.

Vegath s’adresse aux gardes: « Vous allez nous suivre tout le long? »
« Aussi longtemps qu’on me demande de le faire »
Ladis poursuit: « quel est votre nom? »
Le garde semble de plus en plus irrité: « Fermez votre gueule et faites votre travail! »

Le groupe aperçoit de nombreux turbolifts ainsi que plusieurs tables et terminaux dans la salle. Une cafétéria est visible tout près.

Mesi se rend à un terminal et fait de la recherche. Les gardes la suivent et font signe au groupe de suivre.

Sato examine la sécurité des lieux. Ça pullule de gardes et de caméras. Il remarque un vieux garde qui a l’air irrité par l’attitude des autres gardes; celui-ci fait un petit sourire à Sato.

Mesi et Vegath font leur recherche longuement dans les systèmes sur leurs races et son fascinés par ce qu’ils peuvent y trouver. L’avant-midi passe lentement.

Basiran joue un peu l’idiot et demande à tout-le-monde où aller manger. Il demande ensuite à l’un des gardes: « Y’a des terminaux en haut ? » Le garde, exaspéré: « Oui »

Quelques heures plus tard, en PM, ils montent à l’étage sur lequel sont entreposés des échantillons de sols. Ils y passent un peu de temps, et ensuite vont examiner des artéfacts en lien avec les Chiss et les Arcona. Mesi et Vegath sont comblés. Visiblement, ils sont en peu coincés avec les agents qui les suivent partout. Ils èrent jusqu’à la fermeture.

À la sortie des archives, ils aperçoivent Sungazer qui les attend à l’extérieur. Ils ne sont plus suivis ou observés, alors ils partent le rencontrer. Il est apparemment très heureux de les rencontrer mais affirme qu’il n’a jamais vu quiconque attirer autant l’attention; il avait peur qu’ils soient amenés en cellule. Ils n’auront pas la chance, selon lui, d’y retourner sans être surveillés. Mesi veut parler du talisman, il leur propose de les amener dans un café, mais Ladis préfère un lieu plus privé, alors Sungazer leur propose de les amener à sa résidence.


Le groupe se retrouve dans une minuscule chambre de résidence universitaire avec Sungazer. Il leur sert un peu de nourriture puis leur montre, à leur demande, les photos du fameux talisman. Il n’est pas en mesure de déchiffrer les écritures.

Sato demande à Sungazer comment il a connu Centurion: il dit qu’elle est une amie de Depolian Jeno, qui lui est un ami de sa mère. ll raconte qu’il travaille à l’université depuis 3 ans et que le talisman est le premier objet qu’il voit qui est relié à la religion Jedi. Il dit qu’il ne peut pas sortir avec cet objet et mentionne que ce n’est pas le talisman n’est pas arrivé seul; d’autres objets d’intérêt ont été ramassés au même endroit. Vegath demande pourquoi il croit qu’ils pourront l’aider à identifier le talisman: il dit qu’ils doivent avoir une expertise si Centurion les envoie!

Il explique que le plan B pour entrer dans les archives c’est la porte de sécurité à l’arrière; une alarme sera déclenchée mais les gardes sont un peu désensibilisés aux alarmes; rien de réellement excitant n’arrive jamais sur cette planète. Il pourront ensuite se faufiler vers un turbolift à l’arrière.

Ils discutent un peu de ce plan et Sungazer les invite à dormir, ils passent la nuit dans sa petite chambre.


Quelques heures plus tard, au levé du soleil, Sungazer les réveille.

Il leur explique comment se faufiler et leur donne rendez-vous au 38ième étage du bâtiment.

Le groupe quitte la résidence sous le soleil levant. Ils contournent la tour puis se rendent à la porte de sécurité.

Ils se demandent si ils tentent de désactiver l’alarme ou pas. Vegath conçoit un plan d’action pour l’entrée, puis aide le groupe à se coordonner. Mesi, stressée, tente de désactiver l’alarme, assistée par Sato. Elle y parvient! Elle tente ensuite d’ouvrir la porte mécaniquement puis y parvient également, sans trop faire de bruit.

Devant eux, un corridor de duracrete, puis un turbolift. Le corridor ne semble pas être patrouillé; le groupe se faufile vers le turbolift. Ils montent vers le 38ième étage, puis à leur arrivée Ladis bloque le turbolift à ce niveau.

Ils rejoignent Sungazer. Autour d’eux, d’immenses entrepôts vitrés les laissent apercevoir des droïdes qui placent et déplacent d’immenses caisses. Diverses petites pièces avec des tables et des terminaux sont dispersées dans l’espace et des chercheurs et étudiants s’y installent pour examiner leurs artéfacts. Sungazer se rend à un comptoir de service et donne un long numéro à un droïde, puis une caisse lui est amenée. Il va ensuite avec le groupe s’installer dans un des petits locaux aménagés pour l’examen des précieux objets.

Sungazer, fébrile, sort les objets de la caisse. Sato ne peut s’empêcher de toucher le talisman, duquel émane une lumière étrange. Ladis remarque des caméras partout autour d’eux et tente de placer le groupe de dos à celles-ci, mais ceci s’avère compliqué, voire impossible.

Sato prend le talisman et le met autour de son cou. Pendant un moment, il semble être possédé par celui-ci; son regard devient vide et il semble perdre le contrôle!

Mesi s’exclame: « Qu’est ce qui se passe, on doit partir avec? » Sato reprend connaissance et répond calmement: « C’est un artéfact intéressant… » Mesi: « Je veux l’essayer!! ».

Tous l’essaient, mais rien ne se passe. Vraisemblablement, seul Sato a vécu quelque chose.

Quelques autres objets se trouvent sur la table, un holoprojecteur, un transpondeur, un processeur de vieux droïde, un casque coupé en deux…

Vegath regarde l’holoprojecteur, remarque qu’il est fonctionnel. Basiran vient pour le démarrer mais l’éteint immédiatement lorsque Mesi lui dit que ce n’est pas sécuritaire de le démarrer devant les caméras!

Vegath veut donc ouvrir le transpondeur, Mesi s’en charge. Elle identifie le nom du vaisseau; le BOUFFON ASTRAL. Il s’agit d’un vaisseau de contrebandier et une liste de systèmes par lequel il est passé est déterminée.

Sato et Basiran font la recherche dans le terminal sur le processeur de droïde. Ils déterminent qu’il s’agit d’un processeur de Basilisk, un modèle de droïde de guerre ancien, soupçonné avoir été conscient.

Sato fait une recherche sur un vaisseau nommé Sanctuaire, puis raconte ce qu’il a vu dans la vision lorsqu’il a mis le talisman autour de son cou: une grande pièce faite de pierres noires, un coffre-fort contenant un holocron, des explosions, des élèves qui fuient des guerriers mandaloriens, un combat à mort… Et un Maître Jedi qui lui demande de ne pas fuir, de combattre, de réussir ou d’échouer avec le reste de la galaxie…

Sungazer est complètement épaté…

Après avoir regardé finalement l’enregistrement de l’holoprojecteur, qui est un rapport de stormtrooper qui a trouvé ces objets dans le transport du contrebandier, Vegath et Ladis font la recherche sur TK-575, le soldat en question.

Mesi tente d’obtenir plus de détails sur l’holoprojection. Elle détermine que le message a été enregistré près de Empress Teta.

Après avoir examiné tous les objets pendant un bon moment et fait plusieurs recherches, Sato déduit qu’ils pourraient connaître l’origine et l’utilité du talisman si ils se dirigent à Koler, un système qui semble être en lien avec tous les objets (le contrebandier y est passé, TK-575 y a patrouillé, le maître Jedi, une dénommée Val Isa, aurait peint l’endroit etc.). Il propose au groupe de s’y rendre pour en savoir plus!

Basiran fouille dans les sacs pour construire un simili-talisman. Il réussit à fabriquer une bonne réplique avec une pierre de QSD-12 gardée dans l’un des sacs. Discrètement, il place le faux talisman dans la caisse. Ensuite le groupe replace tous les objets dans la caisse, sauf le talisman réel, qu’ils gardent avec eux.

Sungazer ramène la caisse, demande au groupe si ils se reverront. Il est épaté!!

Le groupe retourne ensuite au turbolift qui les attend et redescend.

Quatre gardes ont installé une petite table et jouent au sabacc dans le corridor en bas. Le groupe les voient en arrivant par la petite fenêtre du turbolift mais les gardes semblent être concentrés par leur partie et ne les remarquent pas.

Ils attendent dans l’ascenseur un changement de quart de travail. Une heure plus tard, un changement s’effectue (2 gardes quittent). Mesi, avec l’aide de Sato, tente de contacter les gardes qui restent avec leur comlink. Elle parvient à bifurquer un autre appel de demande de relève vers eux, puis les gardes se lèvent et quittent pour y répondre! Le corridor est momentanément vide.

Le groupe sort du turbolift et se faufile rapidement à l’extérieur. Mesi se tient près de la porte, se prépare à la verrouiller de l’extérieur en la manipulant mécaniquement puis quand le dernier du groupe passe, Ladis, elle claque la porte derrière lui et barre le chemin à toute poursuite potentielle de ce côté.

Ils se retrouvent tous dehors. Ladis crit « ON Y VA! » puis le groupe se met à courir vers la sortie du campus.

Comments

Broc27

I'm sorry, but we no longer support this web browser. Please upgrade your browser or install Chrome or Firefox to enjoy the full functionality of this site.