Star Wars - Force and Destiny

Saison 1, Acte 3, Épisode 1

L'artéfact d'Eriadu

Le voyage en hyperespace dure une douzaine d’heures. Mesi dort avec ses objets technologiques. Sato et Vegath méditent alors que Sato dort également. Jeno et Saam discutent pendant tout le voyage; lorsque Vegath se réveille il écoute leur conversation. Ils parlent du fait qu’ils se sont cherché si longtemps et qu’ils ne croyaient plus possible de trouver d’autres rangers. Jeno est clairement renversé et ému.

Ils arrivent finalement à destination; la sortie d’hyperespace les amène à proximité d’une station spatiale pas plus grosse que l’une des maisons que Saam avait construite pour eux sur QSD-12. Un transport y est amarré et la station semble avoir été réparée à de multiples reprises. Autour de la station, le vide de l’espace.

Ladis demande à Jeno comment il s’est rendu à Toydaria. Celui-ci répond que Centurion l’y a reconduit. Saam amarre le Questor à la station et Jeno prend son comlink pour appeler Centurion; il va faire son appel dans une chambre du transport et ferme la porte. Sato le suit et va subtilement écouter la conversation; Jeno demande à Centurion de ne pas démarrer les systèmes de sécurité, qu’il arrive avec des invités mais qu’elle n’a pas à craindre. Il dit qu’il a trouvé un antarian rangers et des « recrues »!

Jeno sort ensuite de la chambre et monte dans la station, suivi de Saam et du groupe. Ils sont accueillis par Centurion, une vieille humaine qui fume comme une cheminée (la station empeste). Elle les accueille plutôt froidement avec un langage familier. Elle sort deux longs divans d’une petite chambre fermée par un drap et les amène dans la grande salle de la station, où sont situés de nombreux vieux terminaux. Mesi remarque la vielle technologie et se demande quel âge ce matériel peut bien avoir. Un petit animal domestique aux longues antennes sort de la chambre et vient voir le groupe, il semble affectueux.

Centurion va ensuite leur préparer un repas. Jeno s’excuse pour l’attitude de sa partenaire et leur fait visiter la minuscule station. De petits quartiers, une salle des machines et une petite cuisine complètent le tableau.

Sato, en visitant la petite chambre, remarque une poignée dissimulée dans le garde-robe et ouvre une porte secrète qui dévoile un rangement caché dans lequel se trouve une armure et quelques armes. Il referme la porte avant que Jeno puisse voir Sato fouiller.

Centurion les appelle car elle a terminé le repas. Ils s’assoient tous sur les divans et goûtent à l’espèce de pâte brune et au pain sec qu’elle a préparé. Vegath adore, Mesi déteste. Vegath se lasse de l’attitude familière et peu respectueuse de Centurion et la menace à mots voilés, créant un froid.

Après le repas, Jeno propose au groupe de se reposer pendant que Saam, Centurion et lui discuteront des contacts de Saam et de comment ils pourraient aider à maintenir la station en état de fonctionner encore un moment (lui et Centurion considéraient la quitter à court terme, faute de moyens). Il dit qu’ensuite il pourra leur montrer une vidéo concernant l’artéfact qu’il avait mentionné avant leur évasion de Toydaria.

Sato ne veut pas attendre, croit qu’ils se sont assez reposé. Jeno obtempère donc. Il les met en contexte: un ami à eux, Ashur Sungazer, un chercheur sur Eriadu, les a contacté il-y-a de cela quelques mois car il aurait mis la main sur un artéfact susceptible d’intéresser les antarian rangers. Centurion considérait aller examiner l’artéfact, mais la mission de Jeno pour trouver une planète où s’installer était prioritaire. Ils ont donc laissé l’artéfact en plan. Ils montrent alors au groupe la transmission reçue de Sungazer dans lequel il montre un petit pendentif, qui semble être en pierre mais est traversé par des nervures de lumière colorées qui semblent pulser. Dans la vidéo, le chercheur, un humain dans la vingtaine en toge, prend la parole:

« Centurion, j’ai trouvé ceci dans les archives de l’Université de Phelar. La cristallisation me fait penser aux histoires à propos des crystaux utilisés pour la construction des sabres laser et les gravures semblent dater de plusieurs milliers d’années! »
« Je ne veux pas en dire plus ici; mais si vous pouvez venir me rencontrer sur Eriadu, il me fera plaisir de vous le montrer en personne. Par contre, vous aurez besoin d’une autorisation; seuls les chercheurs accrédités ont accès aux archives… Ça ne devrait pas être un problème pour vous, n’est-ce pas? »

Jeno exprime qu’il aimerait aller voir cet artéfact mais que la priorité est la remise sur pied et le maintien en état de fonctionner de la station si ils peuvent le faire. Il répète que lui et Centurion auront besoin de Saam pour s’occuper de ça immédiatement. Sato demande pourquoi il faut absolument « sauver » cette station. Jeno se lève et lui montre les terminaux; il s’agit de puissants ordinateurs qui sont en mesure d’intercepter des communications dans un rayon de plusieurs systèmes solaires. Ils sont très vieux mais leur performance éclipse la plupart des systèmes modernes. Mesi est impressionnée et regarde défiler sur les écrans les milliers de lignes de code. Jeno leur explique que les systèmes ne peuvent pas être transférés facilement dans un vaisseau et que si ils désiraient le faire, ceci demanderait beaucoup de compétences techniques, un vaisseau de très grande taille et des millions de crédits.

Jeno, maintenant que le groupe a les informations qu’il souhaitait avoir sur l’artéfact et la station, propose que lui, Centurion et Saam aient finalement un moment à l’écart pour discuter de leurs plans. Ils quittent pour une pièce à part et laissent le groupe seul.

Le groupe discute pendant un moment. Mesi propose d’utiliser les systèmes de surveillance de la station pour trouver Venzati. Vegath propose de plutôt utiliser la Force pour trouver leur maître. Ladis croit que trouver leur maître ne devrait toujours pas être leur priorité. Sato attire plutôt leur attention sur l’artéfact, qu’il serait intéressant de voir. Ladis ne voit pas d’intérêt pour « une vieille pierre ». Il croit que construire un sabre laser, si ils trouvent les matériaux, ne servira qu’à les faire arrêter par l’Empire. Mesi répond que ce sont davantage ses techniques d’intimidation qui attireront l’attention de l’Empire. Sato croit qu’ils détiennent une piste, qu’ils n’ont pas à se cacher!

Mesi revient sur le sujet de Venzati, elle croit toujours que le trouver devrait être leur priorité. Sato croit que pour l’instant les pistes sont trop minces. Vegath est allumé par l’idée d’aller visiter une université pour l’artéfact. Ladis se demande quel est leur objectif à long terme. Mesi et Vegath répondent que c’est clairement de faire tomber l’Empire en devenant des Jedi! Ladis croit que ceci n’est pas réellement un objectif mais plutôt un moyen. Sato croit qu’ils ne deviendront pas des Jedi, qu’il faut être plus pragmatique, sécuriser la station, trouver de l’argent et des alliés. Ladis croit qu’amener la paix où ils vont est déjà suffisant. Vegath propose de joindre les rebelles, Sato croit que cinq soldats de plus ne changera rien si ils n’ont pas développé leurs habilités. Vegath propose de voler un vaisseau impérial et de mettre les senseurs de la station dedans! Mesi et Ladis croient qu’il vaut mieux se tenir loin de l’Empire en ce moment. Vegath propose plutôt de voler un vaisseau aux Hutts dans ce cas!

Saam sort de sa discussion avec Jeno et Centurion. Il est mêlé à la discussion avec le groupe et leur propose ceci: qu’ils aient voir l’artéfact pendant que les Gotals et Centurion s’occupent de remettre sur pied la station. Il croit que le groupe est prêt à voler de ses propres ailes et qu’ils ont une vocation à suivre d’eux mêmes. Ladis demande à Saam, pour poursuivre le débat sur les objectifs, quel est le but des antarian rangers depuis la purge. Saam répond que leur but est toujours de trouver les Jedi et de les aider à se relever et à ramener la justice, la démocratie et la compassion dans la galaxie!

Le groupe accepte d’aller rencontrer Sungazer pour prendre connaissance de l’artéfact. Saam croit que c’est urgent; il ne sait pas si Sungazer a attiré l’attention de l’Empire et il croit que si l’artéfact est réellement un objet en lien avec les Jedi, il n’y aura pas d’autre occasion semblable avant 5, 10, 15 ans! Mesi demande si elle devrait rester pour aider avec la station. Saam répond que les premières étapes seront de faire travailler ses contacts qui lui doivent des faveurs pour trouver des pièces, de l’argent, des vivres… Elle pourra être utile plus tard sur la station, en ce moment le groupe aura besoin d’elle.


Vegath et Mesi discutent de ce qu’ils savent sur Eriadu: il s’agit d’un centre industriel de la frange extérieure, situé dans le secteur de Seswenna. 20 milliards d’habitants, principalement des humains. La planète est réputée pour ses cruelles inégalités. L’université de Phelar et son archive sont réputés, attirant des chercheurs de partout dans la galaxie. Le Grand Moff Tarkin venait d’Eriadu et y était très populaire; la population locale risque d’être très loyale au Nouvel Ordre.

Jeno, Saam et Centurion sortent de leur petite rencontre et Sato demande à Jeno comment ils ont connu Sungazer. Celui-ci explique qu’il est le fils d’une amie à lui, qu’il a connu sur Bothawui. Centurion est enthousiaste pour la première fois depuis leur arrivée (la discussion avec Jeno et Saam semble lui avoir fait du bien) et elle se dit remplie d’admiration pour la légende des Jedi et dit voir dans les yeux du groupe l’espoir qu’ils pourraient devenir des Jedi.

Sato lui demande une arme d’entraînement, elle lui remet un vieux vibrosword qui ne vibre plus. Elle remet aussi 963 crédits à Ladis pour les aider dans leur quête. Celui-ci demande à Jeno si il a entendu parler d’une secte de Venzati, celui-ci répond que non, mais qu’il gardera l’oeil ouvert.

Le groupe décide, avant de partir, de tenter de ressentir Venzati dans la Force. Il forme un cercle et se concentre, mais n’y parvient pas.

Quelques heures plus tard, le groupe se prépare à partir; Saam leur prête son transport. Il va les voir, un peu ému de les voir quitter. Ils se donnent un code pour l’informer si il-y-a un problème: « On a perdu Bezerbon ». Centurion remplie le transport de ce qu’il lui reste de nourriture.

Pour la première fois, ils partent seuls, sans Saam pour les guider.


Sato s’installe aux commandes. Ladis accepte de jouer le rôle de co-pilote pour apprendre les commandes. Mesi s’installe au terminal d’astrogation.

Mesi calcule la route pour Eriadu et ils se détachent de la station pour un voyage qui devrait durer une semaine et demie.


Deux semaines et demie plus tard, après plusieurs arrêts, le groupe arrive enfin à Eriadu. Pendant le voyage, ils ont renommé le transport: ils l’ont appelé DESTINÉE.

La première chose qui les frappe en arrivant en orbite d’Eriadu, ce sont les chantiers navaux gigantesques, où des vaisseaux de guerre sont en réparation ou amarrés pour de l’entretien. La planète semble hautement industrialisée.

Sato n’a pas de difficulté à approcher de la planète; le traffic est intense mais ils ne sont pas arrêtés pour être inspectés ou contrôlés. Mesi le guide et ils entrent dans l’atmosphère puis approchent l’énorme campus de l’Université de Phelar.

De nombreux ports s’offrent à eux, certains plus proches et d’autres plus loin du campus. Sato choisit un port à bonne distance et qui semble moins cher. Il pose le ZH-25 dans un immense cylindre de béton vertical qui fait office de port. Une porte se referme au-dessus d’eux.

Des droïdes de maintenance les attendent lorsqu’ils posent le transport dans le vieux port sombre et mal entretenu. Vegath négocie avec l’un des droïdes, Sato à ses côtés. Ils obtiennent un rabais et paient 58 crédits par jour, moins 10% par jour de plus où ils resteront.

Vegath tente ensuite de contacter Sungazer à partir du port. Comme il n’entend que de la statique, il invite le groupe à le suivre et à remonter à la surface. Ils montent longuement les escaliers et arrivent à l’extérieur, sur une voie piétonne dans l’immense ville de Phelar. Il rejoint Sungazer, qui est surpris que ce ne soit pas Centurion qui soit venue le rejoindre. Vegath tente de le convaincre qu’ils sont de confiance, dit qu’il amène la bouffe maison de Centurion. Sungazer semble convaincu et accepte de les aider à rejoindre les archives de l’université; il prétendra que le groupe est un groupe d’étudiants. Il les réfère à un contact pour obtenir leur accréditation.

Ils se rendent à un café, où Sungazer croit qu’ils trouveront son contact, à proximité du campus. Ils observent les gens autour d’eux; la plupart sont des humains, portant de grandes toges colorées, des turbans et des masques de respiration.

Sato et Ladis tentent de trouver le contact en arrivant dans le petit café, mais en vain. Cependant, ils voient un inconnu se sauver du café subitement, poursuivi par deux agents de sécurité. Derrière lui, l’inconnu a laissé, sur une banquette, une mallette entrouverte. Sato la ramasse et sort du café.

Dans la mallette se trouve environ 4000 crédits et cinq objets étranges. Ladis et Mesi sont mal à l’aise que Sato se soit emparé de cette mallette qui ne leur appartient pas. Vegath regarde les objets, qui sont selon lui des artéfacts sortant des archives d’une valeur d’au moins 15 000 crédits. Le groupe se dirige vers une ruelle sombre et débat sur le choix de garder cette mallette ou non. Mesi ne veut garder qu’un seul objet mécanique qui l’intéresse particulièrement.

Dans tous les cas, ils doivent obtenir leur accréditation pour accéder à l’université, alors Ladis et Sato retournent dans un autre café pour trouver un faussaire pendant que Vegath et Mesi restent dans la ruelle avec la mallette volée. Ladis et Sato finissent par trouver une personne qui pourra leur fabriquer, pour une centaine de crédits chacun, leur fausse accréditation. En discutant avec le personnage louche qui leur fabrique le tout ils apprennent qu’il-y-a eu une vague de vols récemment aux archives mais que selon lui c’est stupide, car les voleurs ne réussissent jamais à décoller avec des artéfacts.

Ladis et Sato rejoignent les autres. Sato propose de cacher la mallette dans la ruelle, mais de garder les crédits. Mesi n’est pas à l’aise du tout avec ce vol. Elle prend quand même un moment pour tenter d’activer la petite machine qui l’obsède. Elle n’y parvient pas mais Vegath, en l’examinant, croit qu’elle servait à la navigation et qu’elle est fabriquée de matériaux rares (ce qui ne doit pas aider à la faire passer par des points de contrôle de façon inaperçue).

Ladis se concentre et tente de sentir où se trouve l’artéfact que Sungazer leur a montré, mais ne parvient pas à le faire.

Le groupe se résigne donc à laisser la mallette cachée dans la ruelle et se dirige vers la palissade qui entoure le campus. Il passe le premier point de contrôle simplement; seuls deux gardiens de sécurité observent les allées et venues des étudiants.

En arrivant sur le campus, le vrombissement de machines puissantes sous leurs pieds se fait entendre. L’air, rempli de smog dans la ville, est clair et propre sur le campus. Ils mettent le pied sur l’herbe et marchent dans un des grands parcs qui entourent les bâtiments de l’université.

Au loin, ils aperçoivent un spectacle troublant; un étudiant se fait interpeller par deux gardiens de sécurité, qui semblent le brutaliser et l’amener derrière un bâtiment…

Comments

Broc27

I'm sorry, but we no longer support this web browser. Please upgrade your browser or install Chrome or Firefox to enjoy the full functionality of this site.